La cryolipolyse
Nous proposons les LED en médecine esthétique
Médecine anti-âge et morphologique
Médecine anti-âge et morphologique

SKIN BOOSTING

Ce terme à la mode peut se traduire comme « redonner de l’éclat à la peau ». Dans un premier temps un traitement par peeling sera indiqué si la patiente peut accepter une période d’éviction sociale, au mieux effectué dans la période d’automne et d’hiver, mais qui peut être pratiqué tout au long de l’année avec l’acide glycolique en utilisation prudente. La tendance actuelle est de  privilégier l’acide hyaluronique faiblement réticulé pour améliorer la texture de la peau en l’hydratant, en luttant contre les fines rides superficielles, mais aussi en améliorant la qualité de la peau grâce à son effet sur la néocollagénèse. En effet, la peau s’abime au fil du temps mais aussi à cause de l’effet du tabac, du soleil en altérant les fibroblastes, réduisant ainsi la synthèse de fibrogène et d’élastine.  Le skin booster permet ainsi d’améliorer la qualité de la matrice cutanée au fil du temps, l’épaisseur de l’épiderme se trouve ainsi renforcé. L’acide hyaluronique sera injecté par des « mini-injections » multiples dans le derme superficiel, qui pourront être répétées de une à trois fois, en fonction du résultat escompté. Il sera aussi possible d’utiliser les produits à base d’hydroxylapatite de calcium, produit lentement résorbable […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 26 mai 2017

Toxine BOTULIQUE: mode d’action

Il arrive souvent que les patient(e)s confondent les actions des produits de comblement et de la toxine botulique sans connaître le mode d’action de ces derniers. La toxine botulique est produite par la bactérie clostridium botulinum qui était à l’origine du botulisme, intoxication alimentaire contractée par la consommation de conserves souvent de production familiale et dont les conséquences étaient extrêmement graves. L’utilisation actuelle est bien évidemment médicale, la toxine botulique utilisée est obtenue par synthèse industrielle, celle-ci se place entre la terminaison nerveuse et le muscle afin de bloquer la transmission du courant électrique qui permet la contraction musculaire. Cette action est transitoire, au minimum de 3 mois, et pouvant durer jusqu’à 6 mois. Au fil du temps, le corps « répare » cette anomalie, permettant la reconstitution du stock d’acétylcholine, l’action est donc réversible n’altérant ni le muscle, ni le nerf. Cependant, en multipliant les traitements, nous constatons que l’intervalle entre les injections s’allongent, essentiellement car le cerveau du patient « oublie » de contracter les zones ridées, ceci est particulièrement retrouvé au niveau des muscles inter sourcilières (rides du lion). Les doses utilisées en médecine esthétique pour améliorer les rides d’expression sont différentes des doses thérapeutique utilisées par les ophtalmologistes par exemple […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 15 mai 2017

Cryolipolyse: mode d’action

La cryolipolyse s’est imposée comme le traitement de choix pour diminuer les bourrelets adipeux disgracieux que l’on retrouve au niveau de l’abdomen, des cuisses, des genoux, de la taille (poignées d’amour), du tronc (au niveau du passage du soutien-gorge), des bras. La cellule graisseuse (adipocytes) est détruite à la température d’environ 0°, on parle alors d’apoptose qui est une mort cellulaire programmée qui peut être soit physiologique, génétiquement programmée comme c’est le cas pour la désquamation de l’épiderme, soit provoquée par divers facteurs extérieurs notamment le froid, les ultra-sons basse fréquence. Alors que la nécrose de la cellule est brutale, l’apoptose se fait progressivement avec une fragmentation de la cellule qui sera éliminée progressivement par des cellules nettoyeuses (qui sont appelées macrophages), celle-ci ont une action essentielle dans l’élimination des cellules mortes du corps, des poussières, des bactéries… Le froid détruit donc progressivement les cellules graisseuses dans un processus qui est tout à fait habituel et physiologique.      

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 15 mai 2017

Epilation définitive: réalité ou argument publicitaire

Argument publicitaire certainement, pour s’en convaincre il suffit de regarder sur internet : les premiers sites qui apparaissent ne sont pas médicaux, ils font état d’une pratique non médicale par des cabinets d’esthétique qui utilisent, malgré une interdiction légale, la lumière pulsée. Comme l’écrit le syndicat des dermatologues : « On parle de dépilation, mais pas d’épilation définitive et ce quelle que soit la technique laser…sous l’influence des stimulations hormonales de nouveaux poils peuvent apparaître, nécessitant des séances d’entretien, dont la fréquence est variable selon les individus ». C’est donc le terme d’épilation de longue durée qui doit être retenu, le terme d’épilation définitive ne doit pas être utilisé, à la rigueur on peut parler d’épilation à visée définitive. Rappelons les contre-indications à la pratique de l’épilation laser : -prise de médicaments -patients sous Roaccutane -patientes enceintes -poils blancs -peau bronzée et phototype élevé -hyperpilosités hormonodépendantes pour lesquelles il faut rechercher en première intention une cause médicale, notamment par un bilan biologique, lorsque l’étiologie est traitée, on peut entreprendre un traitement de dépilation.

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 8 novembre 2016

Le vieillissement du visage, principes de traitement par fils de tension liftants et produits de comblement

Le vieillissement du visage est surtout marqué, en premier lieu, par la perte des volumes : la graisse n’est plus projetée vers l’avant et ceci est  vrai pour les pommettes, la « vallée des larmes »  après un amaigrissement, les tempes. Il se fait dans deux directions, le bas et le milieu, ainsi la graisse descend vers le sillon nasogénien et vers le pli d’amertume. Ce vieillissement est particulièrement marqué dans le tiers moyen du visage dans le sens vertical qui se situe entre l’aile du nez et la tempe; ainsi le visage jeune, triangulaire, à contours fins, a tendance à s’inverser avec l’apparition d’ombres lors de l’exposition à la lumière. Principes de traitement : -écouter le patient et répondre à ses attentes, notamment il faut respecter sa volonté de retrouver  une expression faciale jeune statique, mais aussi dynamique…mais il faut que la « transformation » ne se voit pas trop, comme expriment le plus souvent les patients français. En effet la demande en France est d’obtenir un  rajeunissement léger qui ne poussera par l’environnement au questionnement, ce qui n’est pas vrai dans de nombreux pays étranger. -il est important de débuter précocement la prise en charge, les patients qui […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 3 octobre 2016