Nouvelle prise en charge de la douleur

Ayant acquis un appareil  KALINOX* comprenant du gaz médicinal comprimé composé de   50% d’oxygène et de 50% de protoxyde d’azote, je peux vous aider lors des soins esthétiques qui sont réputés douloureux ou qui vous procurent une angoisse lors de leur réalisation. Ce gaz, qui est utilisé de façon très habituelle lors des soins dentaires, pour de petits gestes chirurgicaux à l’hôpital, permet une analgésie ainsi qu’une sédation consciente car il vous permet d’être relaxé (e). Il est connu sous le nom de « gaz hilarant ». Une inhalation de 3 minutes est suffisante pour vous aider à supporter le geste qui vous inquiète et qui pourrait se révéler douloureux, ce gaz est éliminé rapidement. Quelques effets indésirables sont toujours possibles, mais sont extrêmement bénins, ils vous seront précisés lors de la consultation  préalable, vous pouvez reprendre la conduite automobile cinq minutes après la fin des soins. N’hésitez pas à demander de plus amples renseignements.

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 27 mars 2018

Traitement des lèvres

Il s’agit d’une demande extrêmement fréquente en médecine esthétique, soit de la part de patientes jeunes qui veulent avoir une augmentation de volume, soit au cours du vieillissement pour  retrouver des lèvres plus charnues et pour lutter contre les rides verticales notamment de la lèvre blanche supérieure. Le vieillissement des lèvres rouges est soit spontané, soit en relation avec l’exposition prolongée au soleil, le tabagisme, des problèmes dentaires, une perte du capital osseux. Le traitement se doit de traiter le pourtour de la lèvre notamment pour « tendre » l’ourlet et diminuer ainsi les rides verticales. Il faut aussi chercher un rétablissement du volume, de l’éclat, de la tonicité des lèvres rouges. Seul, l’acide hyaluronique permet  de retrouver une lèvre pulpeuse et charnue, sans tendre vers toutes les exagérations que ne manquent pas de mentionner les patientes lorsqu’on parle de ce traitement ! En ce qui concerne les ridules verticales, elles peuvent aussi être traitées soit par injections superficielles d’acide hyaluronique, soit par mise en place de fils résorbables sous cutanés qui ont une action de stimulation de la néocollagénèse. Il ne faudra pas non plus oublier de traiter les plis d’amertume, les commissures et ceci grâce à des injections d’acide hyaluronique ou […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 27 mars 2018

Comment traiter le décolleté qui se froisse

Le vieillissement du décolleté est fréquent, il se fait sous l’influence de divers facteurs : vieillissement de la peau, absence de soins spécifiques de cette région, troubles de la pigmentation, exposition solaire, agression mécanique notamment pour les patientes qui ont de fortes poitrines, des prothèses mammaires, la position nocturne influence aussi grandement l’apparition de ces rides lorsque la position couchée sur le côté est privilégiée comme le constatent souvent les patientes au réveil. Les multiples techniques de rajeunissement du visage peuvent être aussi utilisées ici avec un excellent effet sur le long cours, car les contraintes mécaniques sont ici peu influentes, nous utilisons : la carboxythérapie qui permet une réjuvénation de la peau notamment en stimulant la synthèse des fibres collagènes, il s’agit d’une technique intradermique, le peeling permet de stimuler la réjuvénation de la peau en surface, celui-ci se fera par application essentiellement d’acide glycolique à raison de 3 à 4 séances, il sera complété par des séances de LEDS dont la principale action est une stimulation de la mitochondrie permettant une réparation des cellules, le mésolift est aussi indiqué par multi-injections superficielles de complexes associant de multiples composants notamment de l’acide hyaluronique, les injections linéaires d’acide hyaluronique faiblement réticulé pour […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 27 juillet 2017

Mécanisme d’action des fils de tension

Les fils de tension posés au niveau du visage permettent essentiellement de repositionner les volumes, ils sont réservés à des ptoses légères, ont un effet immédiat mais aussi biostimulant au long cours. Les fils non résorbables que j’utilise sont composés d’acide L-polylactique, il s’agit du même produit que les chirurgiens utilisent pour leurs sutures résorbables, sa résorption lente commence à la 12ème semaine, est complète en 30 mois, il est bien toléré, présente exceptionnellement des risques allergiques, il compose notamment des produits volumateurs agréés par la Food and Drug Administration américaine et remboursés par la Sécurité Sociale dans certaines pathologies. Les cônes qui permettent l’effet de traction sont constitués d’acide L-lactique et de copolymères glycoliques, leur dégradation est plus rapide que l’acide L-polylactique et s’accompagne d’une réaction fibreuse très localisée dont l’effet se pérennise dans le temps. Il existe toujours un débat entre les partisans des fils résorbables et non résorbables, ceux des fils résorbables considèrent qu’ils ont une durée de vie plus longue dans le temps, ceux des fils non résorbables arguant que l’implantation d’un matériel non résorbable est toujours plus justifiée que celle d’un matériel résorbable, que leur effet par réaction fibreuse est aussi pérenne, que l’absence de […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 27 juillet 2017

Le vieillissement cutané, son mode d’action, sa prévention

Le vieillissement cutané est un processus multifactoriel. Au cours du temps la peau sous l’influence des phénomènes génétiques, d’agressions extérieures (soleil, facteurs mécaniques, hormonaux), voit ses protéines de structure (collagène et élastine) et son agent hydratant (acide hyaluronique) se dégrader. Le collagène se présente sous forme de fibrilles inextensibles et confère normalement une résistance mécanique aux tissus, contrairement à l’élastine qui crée l’élasticité de la peau, il se désorganise au fil du temps, aboutissant à une fragmentation et à un relâchement de la  peau. L’acide hyaluronique hydrate la peau et participe à la cohésion des tissus. Ce vieillissement cutané s’accompagne d’autres phénomènes qui concourent au vieillissement notamment du visage : le capital osseux est le siège d’un remaniement avec une perte de volume, phénomène que l’on observe essentiellement au niveau des pommettes et de la mâchoire, les muscles ainsi que les masses graisseuses s’atrophient, cette perte de tonus et de volume, conjuguée à la dégradation des éléments fibreux qui les tiennent en place notamment sous l’effet de la pesanteur, crée des rides profondes (par exemple au niveau des sillons nasogéniens, des plis d’amertume, la graisse rétro oculaire crée les poches au niveau de la paupière inférieure). Heureusement, après ce constat inquiétant, […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 25 juillet 2017