SKIN BOOSTING

Ce terme à la mode peut se traduire comme « redonner de l’éclat à la peau ».
Dans un premier temps un traitement par peeling sera indiqué si la patiente peut accepter une période d’éviction sociale, au mieux effectué dans la période d’automne et d’hiver, mais qui peut être pratiqué tout au long de l’année avec l’acide glycolique en utilisation prudente.
La tendance actuelle est de  privilégier l’acide hyaluronique faiblement réticulé pour améliorer la texture de la peau en l’hydratant, en luttant contre les fines rides superficielles, mais aussi en améliorant la qualité de la peau grâce à son effet sur la néocollagénèse.
En effet, la peau s’abime au fil du temps mais aussi à cause de l’effet du tabac, du soleil en altérant les fibroblastes, réduisant ainsi la synthèse de fibrogène et d’élastine.  Le skin booster permet ainsi d’améliorer la qualité de la matrice cutanée au fil du temps, l’épaisseur de l’épiderme se trouve ainsi renforcé.
L’acide hyaluronique sera injecté par des « mini-injections » multiples dans le derme superficiel, qui pourront être répétées de une à trois fois, en fonction du résultat escompté.
Il sera aussi possible d’utiliser les produits à base d’hydroxylapatite de calcium, produit lentement résorbable en 6 à 24 mois, qui a lui aussi un excellent effet sur la synthèse du collagène et qui pourra être utilisé en injection à la canule, permettant de diminuer le risque de créer des hématomes transitoires.
Bien sûr, ce traitement de surface sera au mieux associé aux produits de comblement profond et à l’utilisation de la toxine botulique dans le cadre d’une prise en charge globale.

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 26 mai 2017