L’alopécie

Le cycle du poil évolue en 3 phases: – de croissance pendant 2 à 5 ans, déterminant la longueur du cheveu, il correspond à 80-85% de la masse, – de dégradation dite catagène qui dure  3 semaines, de 1 à 2% des cheveux, – télogène, de repos puis de chute durant 3 mois, de 15 à 20% des cheveux. De multiples facteurs influencent l’alopécie qu’ils soient liés à des pathologies par exemple de la thyroïde, des troubles hormonaux, diabétiques, infectieux mais aussi liés à des carences alimentaires, une perte de fer, la grossesse, l’état psychologique… Il existe essentiellement 2 types d’alopécie dite androgénétique masculine ou féminine et acquise de façon aiguë ou chronique. Après un bilan biologique indispensable, un traitement peut être engagé. Il consiste déjà à traiter les causes médicales par voie générale mais aussi la perte des cheveux par voie locale et ceci grâce à des shampoings traitants, à des produits spécifiques (MINOXIDIL, FINASTERIDE). La mésothérapie est une technique complémentaire qui a fait ses preuves dans le traitement de l’alopécie débutante ou modérée. Le plus souvent, le traitement associe diverses vitamines notamment du groupe B, les injections sont réalisées toutes les semaines  pendant  deux mois puis espacées à […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 23 mai 2014

La cellulite

Vaste question ! La cellulite est une véritable « maladie » qui est maintenant décrite comme une maladie inflammatoire chronique de l’hypoderme superficiel, indépendante du poids. En effet la connaissance du métabolisme des cellules graisseuses (adipocytes) fait des progrès de jour en jour et les chercheurs se rendent compte que cette cellule est extrêmement complexe et a un rôle majeur dans le contrôle de l’inflammation tissulaire. Chez la femme jeune il s’agit essentiellement d’un dysfonctionnement de l’unité vasculo-adipocytaire qui évolue en deux stades, tout d’abord une phase oedémateuse, réellement inflammatoire, douloureuse à la palpation et au pincement qui justifie des traitements par mésothérapie à visée essentiellement anti-oedémateuse. L’évolution naturelle de cette phase se fait vers la mise en place d’une fibrose qui compartimente les adipocytes dans des logettes avec évolution vers la caractéristique peau d’orange. Cette phase sera traitée toujours par mésothérapie avec des produits défibrosants. Il faut distinguer la cellulite post ménopausique liée à une modification du tissu conjonctif par privation hormonale, on constate un amincissement du derme et un raccourcissement des cloisons de tissu sous-cutané : cette pathologie est la conséquence de la maladie inflammatoire initiale et les traitements mésothérapiques viseront essentiellement à diminuer le vieillissement cutané superficiel. […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 20 mars 2013

Les cernes : des traitements adaptés

4 types de cernes sont à distinguer :     les poches     les cernes creux     les pseudo-cernes     les cernes noirs Les poches proéminentes remplies de graisse dont le volume augmente en comprimant le globe oculaire justifie une prise en charge chirurgicale. Le cerne creux est traité par injection prudente d’acide hyaluronique non ou faiblement réticulé par petites quantités appliquées à l’aiguille fine. Deux séances sont souvent nécessaires car la prudence s’impose : la sur-correction arrive très rapidement associée quelquefois à l’apparition d’un lac de liquide lymphatique, le traitement par injection d’enzymes spécifiques est alors nécessaire et permet de corriger le défaut. L’injection est peu douloureuse et se fait en profondeur, l’apparition de petits hématomes, qui disparaissent en quelques jours, est assez fréquente. Il est recommandé de confier ce traitement à des praticiens expérimentés. Le « pseudo-cerne » est créé par la fonte de la graisse superficielle de la pommette, l’œil apparait creusé, mais cette impression disparait lors du sourire qui fait remonter les pommettes : le traitement est l’injection de cette zone (cf dossier « pommettes »). Le cerne bleu ou noir est de traitement difficile car la coloration est souvent d’origine familiale. Si celle-ci est récente, notamment […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 20 mars 2013