Comment traiter le décolleté qui se froisse

Le vieillissement du décolleté est fréquent, il se fait sous l’influence de divers facteurs : vieillissement de la peau, absence de soins spécifiques de cette région, troubles de la pigmentation, exposition solaire, agression mécanique notamment pour les patientes qui ont de fortes poitrines, des prothèses mammaires, la position nocturne influence aussi grandement l’apparition de ces rides lorsque la position couchée sur le côté est privilégiée comme le constatent souvent les patientes au réveil. Les multiples techniques de rajeunissement du visage peuvent être aussi utilisées ici avec un excellent effet sur le long cours, car les contraintes mécaniques sont ici peu influentes, nous utilisons : la carboxythérapie qui permet une réjuvénation de la peau notamment en stimulant la synthèse des fibres collagènes, il s’agit d’une technique intradermique, le peeling permet de stimuler la réjuvénation de la peau en surface, celui-ci se fera par application essentiellement d’acide glycolique à raison de 3 à 4 séances, il sera complété par des séances de LEDS dont la principale action est une stimulation de la mitochondrie permettant une réparation des cellules, le mésolift est aussi indiqué par multi-injections superficielles de complexes associant de multiples composants notamment de l’acide hyaluronique, les injections linéaires d’acide hyaluronique faiblement réticulé pour […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 27 juillet 2017

Mésolift à l’acide hyaluronique

Cette technique d’injection superficielle d’acide hyaluronique associé ou non à des anti-oxydants, dans une préparation anesthésiante ou non, permet de façon spectaculaire d’améliorer la qualité de la peau du visage, du décolleté. Chaque traitement de 2 à 3 séances, espacé d’environ 2 à 3 semaines, apporte un résultat spectaculaire qui enthousiasme le thérapeute et bien-sûr le patient, la répétition de ces séances à raison de 2 fois/an permet d’obtenir un résultat durable dans le temps.

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 8 avril 2013

Les cernes : des traitements adaptés

4 types de cernes sont à distinguer :     les poches     les cernes creux     les pseudo-cernes     les cernes noirs Les poches proéminentes remplies de graisse dont le volume augmente en comprimant le globe oculaire justifie une prise en charge chirurgicale. Le cerne creux est traité par injection prudente d’acide hyaluronique non ou faiblement réticulé par petites quantités appliquées à l’aiguille fine. Deux séances sont souvent nécessaires car la prudence s’impose : la sur-correction arrive très rapidement associée quelquefois à l’apparition d’un lac de liquide lymphatique, le traitement par injection d’enzymes spécifiques est alors nécessaire et permet de corriger le défaut. L’injection est peu douloureuse et se fait en profondeur, l’apparition de petits hématomes, qui disparaissent en quelques jours, est assez fréquente. Il est recommandé de confier ce traitement à des praticiens expérimentés. Le « pseudo-cerne » est créé par la fonte de la graisse superficielle de la pommette, l’œil apparait creusé, mais cette impression disparait lors du sourire qui fait remonter les pommettes : le traitement est l’injection de cette zone (cf dossier « pommettes »). Le cerne bleu ou noir est de traitement difficile car la coloration est souvent d’origine familiale. Si celle-ci est récente, notamment […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 20 mars 2013

Traitement esthétique de la bouche

Au plan anatomique : Nous distinguons diverses parties de la lèvre qui seront traitées : la lèvre rouge ou vermillon est séparée de la lèvre blanche par une zone bien délimitée sur les lèvres jeunes, on retrouve facilement un sillon que l’on peut injecter sans difficulté mais au fil du temps celui-ci disparaitra, au niveau de la lèvre supérieure nous notons en son centre le tubercule surmonté de l’arc de Cupidon et des crêtes philtrales au niveau de la lèvre blanche, sur la partie latérale des lèvres rouges se trouvent les commissures. Les lèvres s’intègrent dans une structure anatomique complexe associant des muscles (orbiculaires des lèvres, carré du menton mais aussi tous les muscles abaisseurs et releveurs dont le rôle est extrêmement important dans l’évolution de cette zone au fil du temps, la plupart s’organise autour d’un « nœud musculaire » appelé le modiolus) ,des structures nerveuses qui doivent être traitées par injections de toxine botulique et des vaisseaux qui seront à l’origine de petits hématomes…   Le traitement esthétique des lèvres est complexe Il dépendant surtout des désirs de la patiente mais aussi de l’état anatomique de celles-ci : une augmentation de volume se traite par injections d’acide hyaluronique moyennement réticulé à la jonction […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 10 novembre 2012

Injection de rides à visée esthétique

L’injection des rides répond à diverses règles en fonction de leur profondeur et nécessite souvent plusieurs temps d’injection : les rides profondes doivent être traitées par un acide hyaluronique moyennement réticulé en profondeur dans un premier temps, puis par un produit faiblement réticulé en superficie dans un deuxième temps, les rides superficielles sont souvent améliorées par un traitement par mésolift avec injections d’acide hyaluronique soit non réticulé soit faiblement réticulé dans le derme superficiel. Ces séances doivent être renouvelées une à deux fois. Le traitement des grandes zones plissées comme les joues bénéficie soit de ce traitement par mésolift soit par des nappages plus profond de produit réticulé ou d’autres produits résorbables à base d’hydroxyapatite de calcium, ces produits ont un double effet sur les couches superficielles et profondes du derme mais aussi restaurent une qualité de peau qui devient plus éclatante à la lumière. Cependant, ce traitement doit s’intégrer dans une prise en charge plus globale du visage selon le concept moderne de « remodelage » : la restauration des volumes permet souvent d’atténuer les rides qui sont perceptibles au premier regard et qui ne justifient souvent qu’un traitement secondaire superficiel, cette conception qui est maintenant privilégiée apporte beaucoup plus de satisfactions à la patiente qui […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 10 novembre 2012