Traitement du vieillissement des mains

Celui-ci est rarement demandé, pourtant des techniques simples permettent d’embellir cette zone qui attire le regard et qui, comme nous le savons bien, « trahit l’âge de la patiente ». Les taches pigmentaires sont traitées soit par peeling à l’acide trichloracétique (TCA) fortement dosé, soit par laser, notamment le laser Alexandrite à 755 nm qui est habituellement proposé pour l’épilation permet d’éliminer les lentigos solaires. Les injections du dos des mains, soit par l’acide hyaluronique réticulé, soit par les injections d’apatite de calcium permettent de combler les espaces inter métacarpiens. L’hydratation de la peau par des cosmétiques est bien-sûr essentielle pour éviter le vieillissement, mais il peut être aussi intéressant d’utiliser, pour réjuvéner l’épiderme, des peelings à l’acide trichloracétique à 20% (en dehors des périodes ensoleillées) ou des injections d’acide hyaluronique faiblement réticulé dans le derme ou non réticulé dans l’épiderme par technique de mésolift. Ces techniques peuvent être associées à l’utilisation des LEDS. L’éveinage chirurgical  du dos des mains est pratiqué par les chirurgiens esthétiques ou vasculaires, il s’agit d’une technique ambulatoire sous anesthésie locale. Bien-sûr le meilleur traitement est la prévention en utilisant des crèmes solaires et hydratantes de façon régulière même en période hivernale.

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 27 juillet 2017

L’hyperpigmentation

Trois types de lésions constituent les problèmes d’hyperpigmentation de la peau : les lentigos plus connus sous le nom de « taches de vieillesse » apparaissent au fil des années sur les parties exposées au soleil, le mélasma (appelé « masque de grossesse ») qui survient pendant et après la grossesse sous forme de plaques foncées notamment dans la zone des pommettes, sur le front le front et la lèvre supérieure et qui est soit épidermique soit dermique, plus profondément enchâssé que la précédente et plus difficile à traiter, et l’hyperpigmentation créée par une inflammation (HPPI) qui est une réaction inflammatoire de la peau le plus souvent post-acnéique ou post-traumatique (cicatrice accidentelle ou post traitement comme le laser, le peeling) . Le traitement des hyperpigmentations est difficile car il est conditionné par la qualité de la peau, sa couleur et surtout par la profondeur de la lésion : en effet, autant une hyperpigmentation liée à des lentigos solaires se traite facilement par laser ou peeling sur une peau blanche, autant le mélasma dermique ainsi que l’hyperpigmentation post-inflammatoire justifient des traitements par peelings au long cours nécessitant une parfaite observance des consignes de prévention de la récidive par la patiente et […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 7 octobre 2014

Laser ou « lampe flash »?

Laser ou « lampe flash » ? Le laser émet une lumière intense d’une longueur d’onde unique que nous avons choisie dans notre cabinet à 755 nanomètres (laser alexandrite) car celle-ci convient particulièrement à la majorité des couleurs de poils et de phototypes à l’exception des poils blonds ou des peaux noires ou foncées. Un système de sécurité sophistiqué permet de contrôler de façon extrêmement précise la qualité de la lumière émise, en cas de défaut l’appareil laser se met en sécurité et ne permet pas de travailler. D’autres lasers existent pour l’épilation par exemple : les diodes et plus communément les lasers Nd-Yag dont la lumière pénètre plus profondément avec un risque plus élevé de brûlure et de douleurs à la différence du « picotement » que ressent la patiente traitée par laser alexandrite. Par ailleurs le nombre de séances nécessaires est plus important avec le laser Nd-Yag. Le système de refroidissement doit être extrêmement sophistiqué car la lumière chauffe et peut brûler, dans notre cas nous obtenons ce refroidissement par projection d’un gaz rafraichissant lors de chaque impact. Seuls les médecins ont le droit de doter leur centre de tels appareils à la différence de la lumière pulsée […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 30 octobre 2013

Epilation par laser et responsabilité professionnelle

La loi établit clairement que l’épilation par laser ou lampe flash pulsée (IPL) est un acte médical donc strictement réservé aux médecins ou sous leur entière responsabilité. De nombreuses esthéticiennes pratiquent ces actes utilisant préférentiellement des lampes flash pulsées de faible puissance sans pouvoir être assurées pour cet acte,seules les techniques d’épilation à l’aiguille et à la cire leur sont autorisées. En effet le praticien doit pouvoir vous fournir une attestation de son assurance de responsabilité professionnelle prouvant que tous les actes qu’il pratique lui-même ou sous sa responsabilité bénéficient d’une couverture précise et non générale. En effet le seul risque réel dans l’utilisation des lampes flash pulsées est la brûlure car ces machines délivrent une lumière dont la longueur d’ondes n’est pas strictement respectée comme avec un laser YAG ou ALEXANDRITE et ainsi ce genre de complication est assez fréquent. Seuls les actes pratiqués par des médecins ou sous leur responsabilité sont certifiés conformes à la loi et vous apportent tous les gages de garantie en cas d’incident ou d’accident.  

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 25 novembre 2013

Les cernes : des traitements adaptés

4 types de cernes sont à distinguer :     les poches     les cernes creux     les pseudo-cernes     les cernes noirs Les poches proéminentes remplies de graisse dont le volume augmente en comprimant le globe oculaire justifie une prise en charge chirurgicale. Le cerne creux est traité par injection prudente d’acide hyaluronique non ou faiblement réticulé par petites quantités appliquées à l’aiguille fine. Deux séances sont souvent nécessaires car la prudence s’impose : la sur-correction arrive très rapidement associée quelquefois à l’apparition d’un lac de liquide lymphatique, le traitement par injection d’enzymes spécifiques est alors nécessaire et permet de corriger le défaut. L’injection est peu douloureuse et se fait en profondeur, l’apparition de petits hématomes, qui disparaissent en quelques jours, est assez fréquente. Il est recommandé de confier ce traitement à des praticiens expérimentés. Le « pseudo-cerne » est créé par la fonte de la graisse superficielle de la pommette, l’œil apparait creusé, mais cette impression disparait lors du sourire qui fait remonter les pommettes : le traitement est l’injection de cette zone (cf dossier « pommettes »). Le cerne bleu ou noir est de traitement difficile car la coloration est souvent d’origine familiale. Si celle-ci est récente, notamment […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 20 mars 2013