Toxine BOTULIQUE: mode d’action

Il arrive souvent que les patient(e)s confondent les actions des produits de comblement et de la toxine botulique sans connaître le mode d’action de ces derniers. La toxine botulique est produite par la bactérie clostridium botulinum qui était à l’origine du botulisme, intoxication alimentaire contractée par la consommation de conserves souvent de production familiale et dont les conséquences étaient extrêmement graves. L’utilisation actuelle est bien évidemment médicale, la toxine botulique utilisée est obtenue par synthèse industrielle, celle-ci se place entre la terminaison nerveuse et le muscle afin de bloquer la transmission du courant électrique qui permet la contraction musculaire. Cette action est transitoire, au minimum de 3 mois, et pouvant durer jusqu’à 6 mois. Au fil du temps, le corps « répare » cette anomalie, permettant la reconstitution du stock d’acétylcholine, l’action est donc réversible n’altérant ni le muscle, ni le nerf. Cependant, en multipliant les traitements, nous constatons que l’intervalle entre les injections s’allongent, essentiellement car le cerveau du patient « oublie » de contracter les zones ridées, ceci est particulièrement retrouvé au niveau des muscles inter sourcilières (rides du lion). Les doses utilisées en médecine esthétique pour améliorer les rides d’expression sont différentes des doses thérapeutique utilisées par les ophtalmologistes par exemple […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 15 mai 2017

Le vieillissement du visage, principes de traitement par fils de tension liftants et produits de comblement

Le vieillissement du visage est surtout marqué, en premier lieu, par la perte des volumes : la graisse n’est plus projetée vers l’avant et ceci est  vrai pour les pommettes, la « vallée des larmes »  après un amaigrissement, les tempes. Il se fait dans deux directions, le bas et le milieu, ainsi la graisse descend vers le sillon nasogénien et vers le pli d’amertume. Ce vieillissement est particulièrement marqué dans le tiers moyen du visage dans le sens vertical qui se situe entre l’aile du nez et la tempe; ainsi le visage jeune, triangulaire, à contours fins, a tendance à s’inverser avec l’apparition d’ombres lors de l’exposition à la lumière. Principes de traitement : -écouter le patient et répondre à ses attentes, notamment il faut respecter sa volonté de retrouver  une expression faciale jeune statique, mais aussi dynamique…mais il faut que la « transformation » ne se voit pas trop, comme expriment le plus souvent les patients français. En effet la demande en France est d’obtenir un  rajeunissement léger qui ne poussera par l’environnement au questionnement, ce qui n’est pas vrai dans de nombreux pays étranger. -il est important de débuter précocement la prise en charge, les patients qui […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 3 octobre 2016

la rhinoplastie médicale

Un article du Dr F.BRACCINI* de Nice rapportée dans le Journal de Médecine Esthétique et Chirurgie Dermatologique permet une approche particulièrement intéressante de cette technique peu demandée par les patients et particulièrement appréciée dans ma pratique, elle se fait par touches successives en accord avec le patient. En effet cette injection de « filler » au niveau du nez permet d’améliorer l’esthétique du nez dans les différents plans, aussi bien au niveau du profil que de face : cette injection, qui se fait au mieux avec de l’hydroxyapatite de calcium, produit non hydrophile particulièrement malléable, permet d’obtenir les meilleurs résultats sans œdème secondaire. L’injection pouvant être légèrement douloureuse au niveau de la pointe du nez, mais aussi au niveau de l’angle nasolabial où une injection préalable d’anesthésiant est indispensable ; les produits utilisés étant par ailleurs mélangés à des anesthésiants la douleur est totalement atténuée. L’injection doit être profonde pour que le produit ne soit pas visible en surface. Le traitement de l’arête nasale est facile à réaliser, celle des zones latérales est par contre plus difficile à mettre en place mais permet d’améliorer régulièrement les asymétries et diminuer les déviations latérales. Le traitement après chirurgie du nez peut être […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 4 août 2016

Le traitement de la bouche

Il s’agit d’une des demandes les plus fréquentes en médecine esthétique car le vieillissement de cette zone est souvent rapide et ceci d’autant plus que le patient fume ou s’expose au soleil. Les signes de vieillissement : la lèvre rouge s’affine, se ride, s’affaisse au niveau des commissures avec apparition des plis d’amertume, la lèvre blanche présente des ridules puis des rides qui peuvent être profondes et dont la prise en charge s’associe pleinement à celle de la lèvre rouge. Le traitement associe l’augmentation du volume des lèvres qui se fait au mieux par injections notamment sous muqueuse postérieure afin de faire rebondir la lèvre rouge tout en conservant l’avancée de la lèvre supérieure sur la lèvre inférieure et le respect d’un volume supérieur de la lèvre inférieure par rapport à la lèvre supérieure selon les critères bien connus de la beauté. Le traitement par acide hyaluronique permet ainsi d’augmenter le volume mais aussi d’ourler les lèvres, de lisser les ridules de la lèvre rouge et de la lèvre blanche et ceci dans un second temps par rapport au traitement de fond. Il est possible d’utiliser le peeling pour améliorer la qualité de la peau péri buccale ainsi que la […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 7 octobre 2014

Augmentation des zones déprimées du visage par l’acide polylactique

8 avril 2014 L’acide polylactique est un implant injectable biocompatible et biodégradable composé que l’on reconstitue avec de l’eau stérile pour l’injecter en profondeur afin de corriger les dépressions cutanées importantes, liées notamment à la perte de la masse graisseuse au niveau du visage. En pratique, le médecin reconstitue le produit la veille de l’injection et au plus tard deux heures avant celle-ci, il injecte le produit dans le derme profond. Par la suite, le patient ou la patiente doit impérativement masser les zones injectées plusieurs fois par jour et ceci pendant 5 jours afin d’optimiser une correction optimale. Une seconde injection et éventuellement une troisième sont recommandées à 4 semaines d’intervalle. Le résultat est particulièrement spectaculaire car l’acide polylactique a pour propriété d’induire une néocollagénèse, son effet est intéressant dans la zone des joues et lorsqu’il existe une héliodermie. Ce produit est d’autant plus intéressant que l’effet se maintient dans le temps. Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez vous rendre sur un site canadien: « acide-L-polylactique. canada » L’acide polylactique est aussi le composant des fils résorbables qui sont utilisés à mon cabinet et qui ont le même effet de néocollagénèse  dans le temps bien sûr associé à l’effet tenseur et […] Lire la suite

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 9 avril 2014