Les rides superficielles du visage

Sujet fréquent d’interrogation, leur prise en charge peut se faire selon diverses techniques utilisées isolément ou en association.

L’injection de toxine botulique dans le haut du visage permet dans un premier temps de « libérer » les tensions musculaires et de ne traiter que les lésions persistantes, les rides d’expression disparaissant le plus souvent grâce à l ‘apaisement du jeu musculaire.

Les injections d’acide hyaluronique peuvent être pratiquées:

–   soit en première intention si le patient refuse l’injection de toxine botulique, mais avec beaucoup de prudence notamment au niveau de la glabelle(« rides du lion ») car le risque est important de sur-corriger la ride et d’obtenir un aspect rebondi totalement disgracieux: la technique doit être sure, superficielle et peut se faire selon le procédé de « blanching » mis au point par le Dr Patrick MICHEELS de Genève

–   soit en seconde intention 3 à 5 semaines après le traitement par toxine ou par peeling.

Le peeling est indiqué dans le traitement des rides « en nappe » notamment au niveau des joues, les injections complémentaires utilisent soit l’acide hyaluronique non ou faiblement réticulé associé dans sa composition à des antioxydants et ceci en multi-injections de surface, soit l’hydroxyapatite de calcium biodégradable en injection plus profonde par canule souple. 3 séances sont nécessaires, espacées de 15 jours à 3 semaines.

Le laser CO2 fractionné est une solution alternative, mais à un prix plus élevé et nécessitant après chaque séance une éviction sociale assez prolongée.

 

© Dr Christophe TARDY, tous droits réservés.
Edité le 20 novembre 2012